Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 21:07
      Compagne du  perce-neige mais en fleurs bien avant les violettes et les anémones, les corolles bleues de la petite pervenche annoncent la fin des mauvais jours.  
   
              Très commune dans la proche forêt de Desvres, la petite pervenche, l’est aussi au pied des haies naturelles et sur les talus qui bordent les routes de nos campagnes. Sa présence serait indicatrice de l’origine forestière du lieu. 
petite-pervenche_010.jpg
              La petite pervenche fleurit de janvier à juin et refleurit à l’automne. Sa corolle aux pétales carrés est d’un bleu violet  très particulier ; pervenche est d’ailleurs devenu le nom d’une  couleur, mais on en trouve cependant des blanches. C’est une plante basse au feuillage vert brillant persistant qui se propage par stolons comme le fraisier. Ses tiges s’allongent et s’enracinent régulièrement en formant de nouveaux bouquets qui vont développer à leur tour de nouvelles tiges rampantes, ce qui fait qu’elle finit parfois par recouvrir de grandes surfaces tout en bloquant la levée de nouvelles plantes herbacées. Cette particularité en fait un excellent couvre sol  qui peut réduire très sensiblement le temps consacré aux travaux de désherbage au jardin et permet surtout de proscrire les désherbants chimiques dont la nocivité n’est plus à démontrer. Elle repousserait les orties.     petite-pervenche_020.jpg

             Contrairement à sa cousine, la grande pervenche, la petite pervenche n’est pas envahissante et  sa croissance se maîtrise parfaitement. De plus, le tapis permanent qu’elle maintient près du sol sert de refuge hivernal à un certain nombre d’insectes auxiliaires bien utiles au jardin. Les chenilles du Sphinx du Laurier-rose se nourrissent de son feuillage.

           Dans certaines régions, la petite pervenche est appelée violette des sorciers ou violette de serpent. Ces noms auraient pour origine les vertus supposées magiques de la plante que l’on frottait sur les morsures de serpent en récitant des formules magiques. Dans le Boulonnais, on tressait des couronnes de pervenches que l’on disposait sur le cercueil des enfants.         Toute la plante est toxique mais elle possède des vertus médicinales ou supposées notamment  celle d’arrêter les hémorragies car elle est astringente. Elle est aussi vulnéraire, fébrifuge et sudorifique. On l’utilisait jadis contre les saignements de nez et  des gencives ainsi qu’en gynécologie. Une feuille fraîche, écrasée entre les doigts et introduite dans la narine, arrêterait les saignements de nez.      

 
Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Jolies photos ! Si vous le souhaitez vous pouvez les poster sur https://www.objectifphotosnature.com/ , site de photos nature gratuit, ou vous pouvez gérer et stocker vos photos ainsi que commenter et noter celles des autres :)
Répondre